Aller au contenu

Bonzaï masqué

Membres habitués
  • Compteur de contenus

    114
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

6 Neutral

À propos de Bonzaï masqué

  • Rang
    Membre confirmé
  • Date de naissance 26/12/1984

Informations du profil

  • Genre
    Homme

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Bonzaï masqué

    Objectif 100 !

    Si ça intéresse quelqu'un, je mets mon bout de code Matlab (J'aurai aimé le faire en Python, mais j'avais Matlab ouvert)
  2. Bonzaï masqué

    Objectif 100 !

    Aaaaaah...
  3. Bonzaï masqué

    Un peu d'ordre

    Faut utiliser les couleurs ?
  4. Bonzaï masqué

    Objectif 100 !

    Mince, trop tard pour éditer...
  5. Bonzaï masqué

    Objectif 100 !

  6. Bonzaï masqué

    Complétez les phrases suivantes suivant l'example.

    6 F dans un D 64 C de l'É 206 O dans le C 7 M du M 10 C de D
  7. Bonzaï masqué

    Quiz en continu...

    Bon, je réponds à celle-là et, promis, si on doit continuer la discussion, on fera ça ailleurs ! Tu as bien raison petiseb, la masse d'un kilogramme ou la longueur d'un mètre sont purement arbitraires. Par contre le kilogramme a une place à part dans le système international d'unités (http://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_international_d%27unit%C3%A9s). Historiquement, il y a toujours eu beaucoup d'unités différentes pour une même dimension. Par exemple, pour mesurer la distance (qui est une dimension), l'unité la plus répandue aujourd'hui est le mètre mais on peut mesurer des distances en pieds, en pouces, en furlongs, en lieues, etc... Pour la masse, on a le kilogramme, la livre,..., et même pour la surface ou le volume, qui ont des dimensions qui sont des puissances de la distance, on a inventé des unités comme l'once de liquide, l'acre, etc... Généralement, on a créé toutes ces unités en référence à un étalon facile à reproduire, de manière à simplifier les transactions commerciales à une époque où les instruments de mesures n'étaient pas courants. Et puis les découvertes de la physique avancent, on découvre de nouvelles propriétés de la matière, des nouvelles choses à mesurer et nous seulement on se met à créer de nouvelles unités (l'ohm, le bar, le candela, etc..) mais ces unités ont aussi des dimensions toutes nouvelles (la résistance, la pression, l'intensité lumineuse,...) et tout commence à se compliquer, si tout le monde utilise des unités différentes, on ne s'entend plus. Heureusement, les scientifiques se rendent compte que la plupart des dimensions s'expriment les unes en fonction des autres (une vitesse, c'est une distance divisé par un temps, une force a la même dimension qu'une accélération multipliée par une masse) et qu'au final, on n'a pas besoin de définir des étalons pour toutes les unités : en prenant sept unités de bases, on peut dériver toutes les autres. Et forcément, il va falloir définir correctement ces unités là si on souhaite que les mesures partout dans le monde donnent les mêmes résultats. Actuellement, quasiment toutes ces unités sont indépendantes d'un étalon, dans le sens d'un objet réel stocké quelque part, car elles sont fondées sur les constantes de la physique. Par exemple, la seconde est aujourd'hui définie comme : "La seconde est la durée de 9 192 631 770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les niveaux hyperfins F=3 et F=4 de l’état fondamental 6S½ de l’atome de césium 133" Ca paraît abscons, mais l'avantage c'est que tous les atomes de césium 133 du monde sont identiques et si on peut mesurer la transition décrite, on a juste compter 9192631770 périodes, et on a une seconde. Et tout le monde est d'accord sur ce temps. De là, on peut dériver le mètre, puisque c'est la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant 1/299 792 458 seconde. La seconde est bien définie, la vitesse de la lumière dans le vide est constante : le mètre est une unité bien définie mesurant la distance. Etc, etc.. Les unités modernes de 6 des 7 dimensions du SI sont définies de manière claire et sont mesurables. C'est ça le point fondamental. Si je suis dans l'espace, loin de la Terre, il me suffit d'avoir à disposition le matériel nécessaire et je peux savoir combien de temps dure une seconde, et j'aurai la même mesure que sur Terre. Mais le kilogramme... Eh bien on est coincé, c'est bien plus compliqué à dériver de constantes de la physique que le reste. Donc 1 kg c'est la masse du morceau de platine iridié qui fait 1kg. Mais on peut pas le transporter ce morceau d'1kg ! Si on donne un coup dedans, on perd de la matière, donc de la masse, et soudainement, toutes les balances du monde ne sont plus calibrées ! L'important là-dedans, ce n'est pas qu'1kg fasse 1kg et pas 2, ou que l'étalon soit différent, c'est que cet étalon c'est tout ce qu'on a aujourd'hui pour dire "Ca, c'est 1kg". Et si on n'est pas d'accord sur la définition d'1kg, on n'est pas d'accord sur la définition d'1 Newton, etc.. et les mesures ne sont plus les mêmes partout. Aujourd'hui les physiciens essaient de nouvelles techniques, comme définir le kilogramme par rapport à la constante de Planck, mais les mesures ne sont pas encore tout à fait au point. Concernant la mesure de g, on aura toujours besoin du kilogramme. On pourra bien dire g = GM/r² : G est mesurable par des expériences de pendules de torsion (c'est une constante, mais sa valeur n'est pas théorisée, elle doit être mesurée) et on peut imagine qu'on connaît parfaitement qu'on connaît la valeur de r à l'endroit où on est (le niveau de la mer n'est pas à distance constante du centre de masse de la Terre, en raison de sa forme et des fluctuations de la gravitation) mais M, c'est la masse de la Terre. Et si on n'est pas d'accord sur la valeur d'1kg, difficile d'être d'accord sur la valeur de M. Voilà, désolé pour le pavé, mais je trouve ça fascinant moi !
  8. Bonzaï masqué

    Quiz en continu...

    Tout à fait d'accord avec toi jusque là (Pour une masse m identique, P = mg est plus faible en altitude car g diminue avec l'éloignement au centre de masse de la Terre), par contre la pesée mesure bel et bien le poids et non la masse. Une balance, que ce soit un vieil engin à aiguille ou du tout électronique, mesure la force exercée sur le plateau de mesure et la masse indiquée n'est valable que si la calibration de l'engin (la valeur de g en fait) est la bonne. Alors la question se pose : comment on mesure g si on ne peut pas connaître directement la masse d'un objet ? Eh bien, tout simplement, la valeur du kilogramme est aujourd'hui définie physiquement comme la masse du prototype du kilogramme (https://fr.wikipedia.org/wiki/Kilogramme#Prototype_international_du_kilogramme), un morceau de platine iridié. Et comme ça pose aujourd'hui des problèmes de métrologie, les physiciens bossent sérieusement pour proposer une nouvelle définition du kilogramme qui soit indépendante d'un prototype, avec autant de précision que l'étalon actuel. Et pour Bourvil et Gabin
  9. Bonzaï masqué

    Picodage

  10. Bonzaï masqué

    L'art de tourner en rond...

  11. Bonzaï masqué

    L'art de tourner en rond...

    L'important c'est qu'on soit bien d'accord sur le résultat : Je pense qu'on peut marquer "résolu", non ?
  12. Bonzaï masqué

    L'art de tourner en rond...

  13. Bonzaï masqué

    L'art de tourner en rond...

    Edit :
  14. Bonzaï masqué

    L'art de tourner en rond...

×

Information importante

En utilisant ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité et nos Conditions d’utilisation
Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.